07 69 33 80 05 contact@avocat-koc.com

Actualités

La blockchain est-elle compatible avec le RGPD ?

blockchain RGPDLes données personnelles inscrites sur la blockchain permettent-elles l’identification de son utilisateur ?

Le recours à la blockchain se développe dans de nombreux secteurs et notamment celui de la banque, de la santé, de l’industrie pharmaceutique…

Mais qu’est-ce qu’une blockchain ?

En droit, la blockchain est définie comme un « Mode d’enregistrement de données produites en continu, sous forme de blocs liés les uns aux autres dans l’ordre chronologique de leur validation, chacun des blocs et leur séquence étant protégés contre toute modification ».

Plus précisément, la blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, permettant la constitution de registres répliqués et distribués, sans organe central de contrôle, sécurisées grâce à la cryptographie, et structurées par des blocs liés les uns aux autres, à intervalles de temps réguliers.

Ainsi, la blockchain permet des échanges décentralisés et sécurisés, sans qu’il soit besoin d’un tiers de confiance.

Toutefois, l’utilisation de la blockchain soulève de nombreuses interrogations et plus particulièrement au regard de la protection des données personnelles.

En effet, la blockchain dispose d’un registre qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création.

Se pose alors la question de l’identification de son utilisateur via les données personnelles sur la blockchain.

En effet, les données inscrites et partagées sur la blockchain peuvent concerner des personnes physiques (identifiées ou identifiables) car les transactions effectuées sur cette blockchain sont basées sur un système de chiffrement asymétrique permettant l’authentification des utilisateurs.

De sorte que chaque utilisateur a une clé publique et une clé privée, permettant l’accès à la blockchain.

L’identité de l’utilisateur auquel sont associées ces clés n’est pas connue.

Cependant, ces clés peuvent s’analyser en des données personnelles au même titre que les adresses IP ou les adresses MAC, dans la mesure où il reste possible d’identifier indirectement la personne concernée (par ex, par le croisement d’informations à disposition du prestataire technique).

En conclusion, le cadre juridique de la blockchain dépend indéniablement de celui de la protection de la donnée personnelle.

Contact

A propos

Expert en droit des données, le cabinet de Me. KOC vous accompagne dans vos problématiques touchant à la data protection, à la compliance, à l’e-santé, à l’algorithme, à la blockchain, aux crypto-monnaies… Le cabinet possède aussi une grande expertise en droit du dommage corporel.

Contact

91, rue du Fbg. Saint-Honoré 75008 PARIS

contact@avocat-koc.com

07 69 33 80 05